Normandie Vol Libre

Dimanche 7 avril çà swing à Londinières avec dans les rôles principaux Christophe, Sylvain, Ludovic, Yann et moi-même.

dimanche 7 avril 2013 par Homo Volatilus Rigidus

- 12h45, je suis donc à Londinières.

Dany, Alain, Christophe, Sylvain A., Ludovic et Jean Noubli sont déjà sur le tarmac.

Vent travers gauche, nous allons "transpirer" dans la combe à gauche, juste avant la forêt aux corbeaux.

Le but de la manœuvre, comme à chaque fois que vent est travers à Londinières, c’est d’accéder à la combe exposée Est, à droite, après la ligne haute tension.

C’est Christophe qui trouve l’ouverture, atteint sans problème la pente mieux orientée et se voit propulsé rapidement au plafond pour disparaitre dans la campagne.

Après moult essais, je parviens à passer la ligne en même temps que Sylvain A., Dany et Nicolas juste le temps de faire deux aller et retour et me voici reposé (pas physiquement).

De retour au déco, nouvelle tentative ! Les oiseaux aux plumes noires viennent de quitter les branches et montent comme un rigide en carbone. Pour moi cela se concrétise par une montée au plafond à 1125m, 3 m de plus que Christophe, nana n’air !

Re-repose et un nouveau créneau me permet de sortir du bocal avec Ludovic. Nous enroulons gentiment en dérivant un peu derrière, je prends un vingtaine de mètres de plus que Ludo, sans doute à cause de ma très bonne technique, mais je l’aperçois tout d’un coup dix mètres au-dessus avec une demi-aile droite, fermée !

Note de Bliss26 (Sylvain A) :
Moi je me fais un peu brasser dessous en avant et je vois le Ludo la voile sur la tranche littéralement aspiré. Le boulet est tout petit, il ferme franchement, se recentre, puis, on l’entend nettement appeler certainement sa maman qui n’est pourtant pas ici ! Mais il s’accroche.

La pompe est là ! Yahoo ! Elle m’emmène à 1350m avec un vario qui couine parfois à +6m/s.

Sylvain A. me rejoint et passe à l’étage supérieur.

Note de bliss26 : J’arrive à rejoindre les 2 lascars avec difficulté en décalant franchement derrière dans du +2, +3 (pas plus). On est loin derrière. Je me dit que je n’arriverai jamais à revenir au déco. Mais tout le monde est au sol sur la pente, alors, on dérive

C’est beau mais çà caille, j’ai les boudins qui gèlent et les restes aussi.

Ludovic part vent cul, moi de face en suivant la rue de nuages. Je remonte ainsi en amont de la pente de Clais, juste avant l’autoroute et les éoliennes qui le bordent...et je rentre transi avec 16km aller et retour au compteur.

Note de bliss26 : Pour ma part, j’assure le plafond pour rentrer un peu accéléré au bord de la rue, je vise le terrain de cross plus au soleil et je passe au dessus du déco avec 1570m de gaz sous les pieds.

Aux barbules, c’est turbulent et je peine à maintenir l’accélérateur entre le tiers et la moitié sans freiner pour ne pas monter plus.
Un peu rouillé par le manque d’activité, j’ai une crampe à la cuisse !

Je suis limite de faire les oreilles mais je veux continuer à avancer.

Je me cale au soleil entre les deux rues pour rester entre 1000 et 1300m où la température est plus raisonnable (il faut rappeler que l’on est encore en sueur car on a beaucoup couru avant !).

Ça avance tranquillement en douceur et je peux lâcher l’accélérateur. Ouf !

Et voici une vue originale en parapente en avant de Londinières. C’est incroyable et trop facile de se maintenir. Au déco par contre, tout le monde est au sol

Daniel continue d’avancer plus bas très loin à droite aux éoliennes. Incroyable !

Je reprends du +5. Mais pour ma part et en vue de Clais, je n’ai plus de mains. Ce n’était pas prévu de monter à ce point ! Mes gros gants sont dans le casque de moto ! Alors je lâche la zone montante pour me laisser revenir en douceur vers le déco en enroulant du zéro. Donc je descend !

J’essaie quelques tangages mais je ne suis pas précis et j’abandonne.

C’est quand même dommage de bouffer bêtement tout ce gain, alors j’entame quelques séries de petits 360 gentillets pour ne pas me congeler à cause de la vitesse, sur trois tours maxi, en essayant de sortir hyper propre. Puis encore quelques 360 asymétriques et waggas pas trop appuyés.

C’est tout pour aujourd’hui. Ça y est la saison recommence !

Je pense que l’on pouvait aisément prendre 1800m devant, mais avec de plus gros gants

C’est bien pour une (vraie) reprise !

Une fois au sol, le tondu va déclarer :

tondu : "on aurait pu crosser jusqu’à Osmoy"

moi : "c’est vrai et peut être même revenir car on était vraiment haut et c’était bon, mais il aurait fallu que tu répondes à la radio !"

le responsable sécurité : "je n’avais plus de radio !"

No comment !

Yann et Ludo engrangent des points pour la CFD.

La trace de Yann

La trace de Ludo

La vidéo de Yann

Le point de vue de Ludo

Ce dimanche est une belle journée ensoleillée avec un vent travers E.S.E et des déclenchements thermiques qui redressent de temps en temps, le vent sur la pente.

Le début d’après midi s’avère difficile pour se maintenir en l’air mais au fil de la journée, les conditions s’améliorent pour devenir plus toniques.

J’observe Daniel, déjà bien haut, la façon dont il aborde les ascendances et je le rejoins dans les airs, en essayant de ne pas le gêner.

La présence d’une ascendance bien marquée m’incite à "travailler" ; je vois Daniel la chercher derrière moi et j’essaye de le rejoindre.
Erreur, je passe sous le vent du thermique !
J’avance afin de la retrouver et je prends mon premier pétard de l’année, +6 m/s.

Je pousse un crie pour évacuer mon stress et fait demi-tour, il faut que j’y retourne !
Averti, je prends mon deuxième coup de pied aux fesses, accompagnée d’une fermeture... que je gère.

Daniel au dessus de moi, je ne veux rien lâcher, je me fais botter les fesses jusqu’à 900m et j’enroule jusqu’à 1600m.

Daniel décale vers Osmoy et moi je prends le cap vers Dieppe, finesse max.
Je suis à 400m au niveau St Nicolas d’Aliermont mais retrouve un thermique qui me permet de remonter à 1200m.

Trop près de la mer et sans visibilité, je prends la direction de Saint Aubin sur Scie et me pose à Beaumais.
Après mes 25 km en partant d’Osmoy, voilà mes 22 km de Londinière.

La prochaine fois j’emmène ma Gopro
Ludo


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 693537