Normandie Vol Libre

Week-end de trois jours à Osmoy Saint Valéry, les 30, 31 mai et 1er juin

jeudi 4 juin 2009 par Homo Volatilus Rigidus

...les biplaces des pompiers d’Envermeu sont annulés et le site est maintenant dédié aux deltistes venus nombreux (3). Dominique a monté sa machine de bonne heure et Gérard n’a encore rien fait.

Le décollage du « Mont blanc » subit l’effet venturi et je ne me vois pas monter mon aile dans ces turbulences. Direction l’autre déco où m’attendent mes porteurs. J’ai un peu de mal avec Michael qui ne veut rien faire, mais mon aile arrive tant bien que mal en haut de la pente.
Le Président (JPG), connaissant le Delta pour y avoir laisser deux bras en école, m’assiste et cela me facilite bien la tâche.
Je décolle sans problème et reste en local (triangle de 20kms) pendant près de 3 heures, enroulant parfois du +6,4m intégré et avec 1190m à mon altimètre pour meilleur plafond.


« Entre mon bras et le montant de trapèze, le Château de Mesnière en Braye. »

Mon Récupérateur Officiel (RO) n’est pas là, je m’entraine pour les deux jours à venir, un but au "GDM" a été fixé.
Je pose moyennement bien, car je sens que çà me chatouille sous les bras. Je ne mets pas de photo par respect pour les cultures !

Dimanche 31 mai

Cap sur Osmoy, les conditions météo sont annoncées identiques à celles de la veille. Dominique a déjà retourné son aile, pété une quille et Gérard est en phase de montage... Je tente la même stratégie qu’hier, à savoir montage de l’aile sur le côté Est ! Bien mal m’en prend, car à peine l’aile déployée le vent passe au nord, voire nord ouest. Impossible de décoller avec ce vent de travers... Mon RO est au bord des larmes et en a gros sur la patate, lui qui avait tant de boulot chez lui. Philippe(Mambo) et Gérard (Ixbo) qui ont monté leurs ailes sur le bon déco, sont en l’air, nous replions, nous redescendons le ...

matos, nous chargeons, nous rentrons, mon RO est fatigué, moite aussi.

RO sur le retour, déguisé en Gainsbourg pour passer incognito

Lundi 1er juin 2009

Deux options ce lundi, bricolage sur la remorque pour les vacances ou vol...à Osmoy !?
Je ramasse mon RO vers 11h45 à sa maison, j’avale une part de tarte aux fraises offerte gracieusement par sa femme et nous taillons la route. Durant la traversée de Sotteville-les-Rouen nous croisons "Claudius" qui semble ne pas aller voler sur le même site que nous...
A 12h30 nous montons l’aile au niveau du décollage du « Mont-Blanc ». Dominique est en l’air depuis déjà une demi-heure avec quelques parapentistes qui essaient de ne pas reculer.
Nous profitons d’une petite accalmie pour amener mon aile au déco en traversant la route. Quand le vent est fort (35-40 km/h), il ne s’agit pas de trainer, sans câble avant, l’aile n’a aucune prise et à 13h15 je suis en l’air... ça pompe d’enfer.
En moins de 10 min , je suis au raz des barbules, au vent du nuage, j’observe...
Mon RO fait aussi office de DO (décolleur officieux) et tente, avec un troisième larron de faire décoller Gérard sous son IXBO. Sa demi-aile droite monte subitement, l’aile se retourne, prend appui sur la quille qui pète !

A 13h35 et 33 secondes, j’allume mon GPS qui m’indique 1163m QNH à 1,5 km derrière le déco, mon RO est dans les starting-blocks, pied sur l’accélérateur de ma caisse. C’est parti, cap 220 sous la base des nuages.
A14h05 j’ai parcouru 25km et échangé deux mots avec Michel, à Dieppe, qui s’inquiète de savoir si cela est volable en parapente.
En accord avec mon RO, j’arrête mon GPS qui donne déjà des signes de faiblesse, la batterie indiquait pourtant trois digits sur quatre à l’allumage !
Vers 14h30, je suis à l’entrée de Rouen, je vois le "Champ de courses des Bruyères" ex-hippodrome à 500m de chez moi, lieu où j’aimerais me poser un jour !

L’autoroute de Barentin avec dans le fond "Rouen et ses 100 clochers"

...et à 14h37 je suis a proximité de Barneville sur Seine, site de bord de Seine où nous décollons par vent de N-NO.

Mon RO est encore derrière moi, il est vrai que la traversée de Rouen et la Sud III limitée à 90 ne favorise pas la récup.
Tous les 15 à 20 min, je rallume mon GPS et à 15h00, je suis entre Montfort sur Risle et Glos sur Risle à 1250m QNH, Jean-Pierre et Claudius (qui en fait était parti voler, mais au secours de Jean-Pierre), prévenus via le téléphone par mon RO, sont sur la fréquence et "sur la remorque" ; j’ai un peu honte, mais je ne l’autorise pas à dire des gros mots (dont un en particulier qui pourrait déformer mon fondement), j’en risle encore !

15h15, Saint Georges du Mesnil, mon RO est toujours derrière mais je sens son haleine dans mon dos, nous sommes au kilomètre 83.

Après une centaine de kilomètres, ça y est, il me voit, je le vois, nous nous voyons !
Le vent est beaucoup moins fort, les balises de Clécy et du bord de mer me le confirment, les pompes n’excèdent pas les 2m/s mais le plafond monte ! 1657m QNH à 16h08 au Bosc-Renoult (118km), je ne dois plus être loin du golfe du Morbihan !

Le relief est plus vallonné et tous les champs sont verts, je fais attention à ma position par rapport aux nuages (Alain Chauvet en 1912 m’avait bien briffer à ce propos) lors des transitions pour trouver les ascendances.
J’entends Sgarby à la radio qui est posé à environ 60kms, en parapente, derrière le déco du "Marais Vernier" et aussi des voix féminines qui m’annoncent qu’il y a bronzette du côté de "Thury-Harcourt", faute de bonnes conditions !

A 16h45, je me débats avec une pompinette qui finit par me lâcher. Je cherche un tas de fumier, le trouve et me pose à 270km de Noirmoutier, pas loin du "chauve rigide nantais".
Mon RO passe devant moi, je ne le vois pas, lui non plus et il faut que je l’attende presque 10min, je pense que parfois il se fout de ma gueule !

Après pliage du matos et rangement, le cross se termine par le traditionnel goûter !
140km au compteur ça mérite un petit morceau de flan pâtissier ?!


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 681411