Normandie Vol Libre

Séjour dans les Alpes du sud du 23 au 30 avril pour 14 Novoliens et un belge.

lundi 2 mai 2016 par Homo Volatilus Rigidus

Après, plusieurs arrêt pipi, coco, coca, popomme, cacafé et 871 km fois deux, d’après le fichier Excel de Philippe, nous arrivons à Chorges !
Mira, je..je, je... nous sommes accueillis par un magnifique sourire !

Dimanche 24 avril, ce n’est pas "mistral gagnant" mais vent fort à plus de 100km/h. Patrick N., l’ami des abeilles est copain avec un autre être volant, Gilles qui vit près du lac. Son analyse météo et sa connaissance de la région, nous amène à "Ceillac", à 50 minutes de notre camp de base.
En attendant que l’aérologie baisse un peu, c’est une séance de gonflage qui s’organise.

L’accès au déco se fait par un chemin encore enneigé. S’en suit un décollage pour une grande partie de l’équipée. Il ne faut surtout pas se laisser monter, le dynamique est efficace, les oreilles sortent et les sourires n’apparaissent qu’au moment des posés.
Nous déjeunons, (la faim justifie les doyens).
Pendant que nous sommes dans le coin, nous visitons la commune la plus haute d’Europe, Saint-Véran et toutes ces antiquités.

Lundi 25 avril, C’est la saint Marc et nous allons aux "Richards" et c’est là que nous allons sévir.

Le site est un peu avant Orcières-Merlette avec 450 m de dénivelé. Il faut être très attentif à l’atterrissage pour plusieurs raisons.
La première, c’est qu’en lisière, il y a des lignes électriques et qu’il faut une grande maitrise technique pour poser entre deux conducteurs !

La deuxième, c’est que le champ qui jouxte l’atterro est la propriété d’un agriculteur affublé d’une vue perçante et tel un aigle fonce sur sa proie et aboie comme un pitbull dans sa caisse. Dans le milieu des fumistes, on appelle cela une ramonée !

C’est pourtant écrit sur le panneau au déco qu’il ne faut marcher dans le champ !

La troisième, c’est que c’est une zone à "boite" et le genou de Pascal L. en garde un mauvais souvenir.

Nous choisissons de déjeuner à l’abri du vent, qui reste bien frais (le déjeuner comme le vent), en compagnie du commandant Cousteau.

La randonnée de l’après midi derrière Prapic, petite commune d’Orcières, nous gratifie du salut des marmottes. Quatre groupes se forment, les "je retourne au camp de base", les bons marcheurs, les éclopés et les contemplateurs.

Les bons marcheurs, Zabeth n’apparait pas car elle prend la photo.

Mardi 26, c’est Noneraze, le site au-dessus de Chorges.
C’est Marc le belge qui fait le fusible. Il pose en contrebas dans un terrain à moins de 300m du déco...pas bon signe ! Le vent est encore nord et prend le pas sur la brise de pente, c’est "twist again". Nous replions et... direction Saint-Vincent-les-Forts, nous avons les boules, il va bien falloir que çà vole !

En attendant que le vent se calme, nous visitons, en tournant autour du Fort.
Pour ce qui est des boules, Dominique et moi remportons brillamment la partie.
Sur le retour au bercail, le vent semble adéquate pour le "Roustou", petit site d’ouest, face au lac.

Nous faisons une escale. Jean-pierre se met en l’air et se pose au parking au bord de la route. Dominique, nous démontre que le vent est bien trop travers.
La soupe est à 20h, il ne faut plus trainer !

Mercredi 27, Gilles nous fait découvrir la pente école des Orres, l’occasion pour nous tous de "travailler" notre technique au sol.

Puis, il nous emmène au déco "du dessus" d’abord avec son Trafic pour dégrossir le parcours, puis à pattes pour aller voir si c’est dé-collable !

25km/h, c’est trop fort et trop travers. Nous redescendons pour déjeuner.
Une petite sieste au soleil dans l’herbe fraiche et l’option "rando" derrière le Morgon vient occuper l’après-midi.

La visite de l’Abbaye de Boscodon, édifice roman du XIIème siècle, classée monument historique clôture la journée.

Jeudi 28, On reprend les mêmes, sauf Philippe qui a jeté l’éponge,on se lève tôt pour deux vols dans la matinée au-dessus de Chorges !

Les deux meilleurs, Dominique et Patrick s’extraient sur le deuxième vol et font le plafond à 2800m. Nous ne les attendons pour la croûte, ils n’avaient qu’à pas monter !

Vendredi 29, C’est encore au-dessus de Chorges que nous jetons notre dévolu. Puis tout le monde Ancelle ! Un site exposé sud que nous avons du mal à trouver de part son accès. Gilles Didier, directeur technique de l’école Écrins vol libre, nous "pilote" par téléphone.

On peut voir sur cette photo que les deux pilotes prêts à décoller penchent du côté où ils vont tomber.
La patience paie, le vent faiblit et nous nous mettons en l’air. En ne montant pas trop haut, on n’a pas trop froid !
Marc F. s’essaie à la repose dans la pente, un succès pour l’exercice " Démêle-toi".

Ah, le fumier !

Il pose le dernier, plie le dernier, monte dans la voiture le dernier au grand dam de ce ceux qui poireautent !

Et puis comme le chant, le jour du départ arrive ce samedi 30 avril.
Nous quittons la BNPA à l’heure prévue ! Tous n’ont pas le plaisir d’embrasser Mira, ce sera pour l’année prochaine.
A peine à Chorges (5km de notre lieu de villégiature), un des deux véhicules fait demi-tour, Michel a oublié son aide auditive, sur son lit... il ne devait pas avoir ses lunettes sur le nez.

J’ai une fois encore apprécié ce jour. Merci à Gilles, Jean-Pierre et Dominique pour la logistique sur place, à Dominique pour l’organisation du séjour, à la Ligue de Normandie pour le prêt des véhicules...et la BNPA pour accueil !.

Daniel


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 581193