Normandie Vol Libre

Les arbres du pays de Bray en danger...mais peut-être un nouveau site en Est !

dimanche 1er mars 2009 par Homo Volatilus Rigidus

...Négligeant toute formation, pourtant indispensable à la pratique de ce noble sport qu’est le parapente, celui-ci arguant que ce n’est qu’un WC équipé de deux chasses d’eau, tire à tout va sur ce qu’il croit être des bobinettes en espérant s’élever.
Espérons que sa finesse de vol dépasse sa finesse d’esprit car aujourd’hui la forêt décline.
C’est toute la communauté du parapente qui est compromise par cet esprit à l’envergure étroite.
Les écologistes sont très remontés.

Le club Normandie Vol Libre se démène pour préserver ses sites, ses efforts se voient réduit à néant "

Ces propos ont été recueillis de la bouche d’un soixante "huit tares" qui pue la clope et dont le nom est synonyme de tas.

Après une enquête du responsable des vols, la personne mise cause, est effectivement un deltiste d’un certain âge, qui a répondu à ces attaques par des commentaires plus constructifs :

Quand on "défriche" un nouveau site, il faut le faire d’une manière consciencieuse...Il est plus facile de faire des photos en appuyant sur un bouton que d’analyser les paramètres propres au nouveau site.

Afin que mes tests ne restent pas vain, s’il le vain rappelle quelque chose à quelqu’un, voici un bref compte-rendu de mes observations :

* L’essence des arbres autorise un élagage de type "Amas", c’est à dire à la "mimine".
Attention, au même titre qu’il faut se méfier de la direction du vent lorsque l’on dégueule à bord d’un bateau, il faut prendre en compte la sciure qui vole et qui vient se coller sur la peau pleine de sueur !

* J’ai personnellement ramené une épine (plantée dans mon doigt) pour étudier le pouvoir perforant des ronciers du coin.

* J’ai vérifié, qu’une fois griffé au visage, les maladies infectieuses ne se propagent pas sur tout le corps.

* Les ricanements sont entendus en bas du site par vent de 20km/h.

* Les propriétaires du terrain observent de leur corps de ferme et disposent de véhicule 4X4 pour le transport de leurs propres corps et de la perche à veau qui peut faire office de perche à suspentes.

* Soixante cinq vaches peuvent envahir l’atterro, à la saison du "broutage" et risquent de nous saloper nos voiles en bousant à cul joie.

Comme dit l’adage "A force de braire, l’âne tond !"

Les photos du Président
Les photos de sylvain


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 681025