Normandie Vol Libre

La Grèce quand tu nous tiens, ça fait des kilos en plus !

vendredi 6 novembre 2015 par Homo Volatilus Rigidus

22 octobre 2015, c’est le départ !

Nous partîmes 500 (moins 487) de SER, mais par un prompt renfort, nous nous vîmes 20 en arrivant à l’aéroport (Athènes)
Tant, à nous voir marcher avec un tel bagage, les plus épouvantés reprenaient de courage.

La Betty en a les bras qui tombent

Le voyage se passe sans incident, enfin presque. A l’arrivée, Raynald n’a pas son paquetage, plus précisément, son matos pour voler resté à Roissy Charles De Gaulle ! Arf ! Merci Air France !

23, 24 et 25 octobre 2015

La météo nous fait faux bond, vent fort et parfois pluie. Des glandes commencent à nous pousser, juste sous le menton.

Les visites se succèdent, sites de vol avec un premier essai, raté, de Dimitrios, sur le site de "Blakie", haut de 320m en nord,

puis celui de "Tintin" (qui se prononce Tinetine en grec) déjà occupé par un autre club "Légion’airos Khoure"...

...les sites antiques,

Tas de ruines

...et les pièges à Touristes, comme l’île de Poros où les maxi "Mythos" coulent à flot !

26 octobre coups de "Théatre" en NE

C’est parti ! Le vent est de NE, pas trop fort avec 400m de dénivelé.

Tout le monde s’envoie en l’air, çà "tient", çà ne "tient" plus, les navettes font des allers et retours.


Une approche où le mauvais Gest peut vite vous envoyez dans les épineux. Philippe nous gratifie d’ailleurs d’une approche, avec soin.
Le vent passe nord, nous avons le temps d’aller tripoter "Tintin".


Pierre, juste pour nous faire enrager, se laisse aspirer par un nuage, vole presque deux heures et pousse le culot à poser proprement !!

L’atterrissage est au bord de la plage immense mais seulement large de 7 à 8 mètres.

27 octobre, direction "Ted’s Café - 650m en SE

La route est en travaux. Après trois essais infructueux de roulage en montée sur un sol meuble, nous rebroussons chemin, abandonnons l’idée d’y voler, le vent a d’ailleurs tourné

et retournons voir "Blakie" où il n’y pas un poil devant !

28 octobre, direction Argos (sans balise)

Vassilis, notre organisateur grecque, nous emmène sur un nouveau site mais ne néglige pas en passant, grâce à ses jumelles, d’observer Ted’s Café ! Le vent n’est pas bien axé.

Nous en profitons pour visiter la "Church of Saint John" dans laquelle nous sommes surpris, d’y voir de brefs spectacles, dont un du grand marionnettiste Danos LaGrizaillousse et un autre de French cancan par le célèbre HacheVirus ! Pas catholique tout çà, je dirais même peu orthodoxe !!

C’est un peu l’aventure ! En fait il y a plusieurs décos possibles, un seul est "référencé" mais ce n’est pas sur celui-là que nous allons décoller !

Le premier déco près des Antennes n’est pas tip-top, le deuxième non plus mais JP est déjà équipé...nous, nous filons au troisième. Vassilis n’est pas content, c’est qui, qui est le chef ? Nous nous faisons remonter les bretelles ! Moi, je m’en fous, j’ai une ceinture.

A vos rangs, Fix (Fix c’est le nom d’une autre bière locale) !

L’atterro est un peu exigu entre la route et une ligne électrique avec un Pierre (sur la photo), voire des pierres ; mais tout le monde pose sans encombre.

Nous faisons un repli stratégique vers un patelin dont je ne me souviens plus du nom, la faim justifie les doyens ! Petit encas avant le resto de ce soir.

29 octobre, nous remettons le couvert à Ted’s Café

Vassilis immortalise ce moment particulier ! Son smartphone ne diffuse plus alors de la musique grecque !

Le briefing est bien explicite. Si nous partons à droite, nous aurons du mal à revenir. Comme de fait, çà plombe s’il on s’écarte du relief. Les oliviers sont à la noce, trois d’entre nous vont presque les effeuiller, d’autres posent à proximité du patelin le plus proche, histoire de boire un coup, un seul Patrick réussit à crosser Jusqu’à "Théâtre". Les "trackers" fournis par l’organisation sont normalement très utiles quand tout le monde est éparpillé dans la pampa, pas cette fois là !

30 octobre, "Les Tintinophiles partent en cross"

Après avoir traversé la combe à droite du déco et trouvé le "dynamique" qui nous monte en haut de la crête, nous sommes six à parcourir 20 kms entre 900 et 1000m pour atterrir après la flaque d’eau (au milieu de l’image). Dominique se démarque en tentant de raccrocher une montagne derrière, en partant bas et dans un venturi, sans succès.

Resto le soir et remise de tee-shirts à toutes les non-volantes, une chance pour les maris, ils ne sont pas à leurs tailles...

... et une paire de lunettes pour un des organisateurs du séjour, l’autre peut se brosser !

31 octobre, la cité de Mycènes, Le tumulus d’Atrée et la citadelle de Palamidi

La visite des restes d’une cité antique préhellénique située sur une colline au nord-est de la plaine d’Argos n’est pas prisée de tous mais je suis tout de même obligé d’ essayer d’agrandir l’entrée afin que tous passent de front. Le tumulus d’Atrée, cache un "Tholos".

Les mille marches permettent aux plus sportifs d’entre nous d’entrer dans la citadelle, de payer un ticket et de redescendre. Nous sommes quatre à arriver trop tard et à ne pas payer l’entrée.

1 novembre, Rando de Toussaint à 16

Grâce aux deux chauffeurs mais surtout aux deux mercédès, nous sommes déposés dans une crique à moins de 10 kilomètres à vol de parapentes de l’hôtel.

Dès la première "patte d’oie", il y a scission au sein du groupe. Il y a ceux qui vont par là et ceux qui vont par là. Je choisis d’aller par là avec le fléchage orange au sol.

Heureusement, nous nous retrouvons tous sur la plage. Certains sont fatigués, d’autres aussi mais les vrais sportifs allument une petite clope.

Suit un petit repas dans un restaurant du port, négocié à 10€ par tête de pipe, avec en apéritif un "Ouzo" (alcool fort au goût d’anis) servit à la cruche, un plat avec poisson ou d’octopus, frites, un dessert et un café.

2 novembre, le retour

Comme à l’aller, le retour bénéficie d’un arrêt pipi près du canal de Corinthe. Les achats de dernière minute vont bon train, c’est le désavantage de venir en célibataire, on ne peut pas être gagnant sur tous les fronts.

Sur le pont, il est une tradition qui consiste à accrocher un cadenas pour sceller un amour éternel. Raynald et Patrick s’en donne à cul joie.

Ça y est c’est fini mais il risque d’y avoir quelques photos !


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 574503