Normandie Vol Libre

Vue panoramique à Londinières le 25 mai 2011

jeudi 26 mai 2011 par Bliss26 (Sylvain.A)

A 14h00, je décide de monter à Londinières.
Le vent météo est faible mais ça chauffe bien.

Donc thermique à la clé ! De toutes façons, avec le G8, on ne peut pas voler à la Roquette. Feu !

Arrivé sur place, le doute s’installe. Mais pas pour très longtemps.
Un cycle arrive et je sens tout de suite qu’il ne faudra pas perdre cette bulle.

Elle s’enroule directement et je la centre en 2 tours.

Le vario couine de plus en plus fort et je serre à fond sans perdre la l’ascendance !

La voile oscille un peu en lacet et roulis mais ce n’est pas du yoyo.

Peu de vent météo, donc peu de dérive et me voici en moins de 10 mins à 900m.

La séance photo s’impose.

Pascal choisit l’option tout devant. Pour ma part, je plafonne un peu quand soudain je le vois me revenir dessus comme un boulet.

Ainsi, je suis donc derrière l’ascendance ! On enroule un peu ensemble et HVR dit à la radio : "Pascal je te rappelle que tu as rendez-vous à 17h, à Rouen"

"C’est toujours comme ça !" répond-il et il repart devant pour finir son vol.

J’observe Christophe en panne d’ascendance qui fait un tas loin derrière. Maintenant je suis à 1100m, l’air est très clair et l’on voit le Tréport. Je devine la baie de Somme à plus de 40 kilomètres. C’est cool (plus tard les copains me diront que c’était le bordel au sol mais là haut pas de problème). C’est le moment de rentrer si je ne veux pas faire du stop ou rejoindre Christophe qui appelle Dany au secours pour un rapatriement. Accéléré à la moitié, ça plombe et ça ne rentre pas vite. De plus ce n’est pas confortable. Tiens, un petite fermeture ! Trop de pilotage sellette à force de ne pas vouloir utiliser les freins. A 700m, c’est homogène et j’avance mieux. Les freins en dragonne avec un doigt sur la suspente de frein, je pilote aux D. Ça marche. Je cible le terrain de cross. Maintenant, fini le +5, c’est plutôt du -3 à -4 m/s.

HVR cloué au sol ironise "Ça pénètre pas terrible les chiffons, hein ?!"

Certes Daniel, mais je vois ton delta sur la galerie du 4x4 et ton crâne de "monsieur propre" étincelle de mille feux au sol.

400m et ça rebippe au terrain de cross. Je remonte à 900m et juge que c’est bon pour filer sur Londinières. Aujourd’hui pas de descentes sauvages en 360 (c’est tentant avec du gaz sous les pieds si l’on est certain de reprendre l’ascenseur). J’assure mon gain car tout le monde est cloué au sol. A la réflexion, je pense que j’aurais du ne pas quitter la bulle, c’était le bon endroit, une succession de champs blancs donnent comme il faut. Je contourne le déco par l’avant, ça plombe grave, je dédaigne l’ascendance à mi chemin (encore une erreur mais je suis obnubilé par l’idée de continuer tout droit) et me voici sur la pente juste devant Londinières. J’aimerais bien tenter le passage de la vallée bien exposée au soleil et qui a des couleurs de fin d’été. Ca rebippe mais je suis trop bas, je vais un peu trop loin sur le bouquet d’arbres, me fait contrer, perds 10 mètres, fais un peu l’essuie glace et pose au moment précis où les arbres s’agitent à nouveau. Dommage mais ce n’est pas grave, il fallait le tenter aujourd’hui. Maintenant c’est au tour de Xavier qui va prendre 1500m. Moi je rentre à pied.

Ca fait un vol d’une heure avec des images plein la tête.

De retour au déco, c’est la fin de journée et l’heure des multiples ploufs dans un air qui ne porte pas avec de tous petits créneaux.

On ne peut même pas faire de waggas !


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 715438