Normandie Vol Libre

Vols à Loudenvielle

mardi 17 août 2010 par Philippe Ferey

Cet été, cap au sud (mais pas à la chaleur). C’est dans les hautes Pyrénées que nous arrêtons notre roulotte, à Loudenvielle dans la vallée du Louron. Il y a des décos partout pour un large atterro au bord du lac en fond de vallée.
Ici, la plupart du temps les vols sont « comme dans les livres » : pas ou peu de vent au déco, décollage dos voile obligatoire, deux pas, temporisation et c’est parti. Pendant toute la première semaine, pas la moindre trace de thermique, tous mes vols se solderont par un long plouf jusqu’au fond de vallée. Entre 15 à 30mn de vol selon le déco choisi. Le terrain atterrissage, très large, très long, très plat avec de la bonne herbe type pelouse, s’aborde sans problèmes particuliers, mis à part le vent de vallée aux heures chaudes qui peut freiner l’approche. Mais bon, il y a tellement d’échappatoires pour se vacher qu’on n’est pas trop stressé par l’atterrissage. (et puis, après s’être posé à Barneville, un atterro de 4 hectares, c’est Versailles !)

Les pilotes locaux ne sont pas très loquaces, on sent bien que la zone est peuplée d’écoles bien commerciales, et on réserve les conseils et les infos aux stagiaires qui payent et non pas aux touristes volants qui gênent l’impressionnante ronde des baptêmes en biplace. C’est vrai qu’avec des tarifs de 65 à 100 euros le plouf, 3 ou 4 décollages simultanés toutes les 45 mn, il faut que ça turbine !

Heureusement la beauté de ce paysage grandiose nous ramène au pur plaisir du vol. Mais il ne faut pas sombrer dans la béatitude et rester très vigilant, ici le vol libre se pratique un peu à « l’arrache » avec une règlementation aérienne très floue : l’espace de jeu est dans l’axe de la piste d’un petit altiport, et des petits zincs de tourisme se posent et décollent toute la journée. Tout ce petit monde (avions, deltas et parapentes) se croisent et s’évitent en vol à vue. Et chose étonnante, le 143,9875 ressemble ici à une fréquence fantôme (en 15 jours, je n’ai pas entendu autre chose que des grésillements)

Ce matin en me levant, j’ai toute suite vu que l’aérologie était très différente des autres jours : des rapaces planaient très haut et des parapentes enroulaient en dessous. Aujourd’hui ça monte !
Direction la station de ski de Val-Louron, puis télésiège jusqu’au sommet. Ça souffle un petit peu, 10-15 km/h et je suis tout seul. Je vois plein d’ailes étalées plus bas au col d’Azet. Je décolle comme dans un rêve et c’est parti... Vol très cool au départ et d’un seul coup, ça déclenche.

Maintenant je sais ce que c’est du thermique tonique en montagne, pétards sur pétards on est vraiment tiré vers le haut !


info portfolio

Atterro Val-Louron le lac Genos
Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 693107