Normandie Vol Libre

Triple et premier cross lundi 17 mai

mercredi 19 mai 2010 par Fabrice

La journée commence au phare d’Ailly, Sylvain y vole déjà depuis un bon moment déjà lorsque nous arrivons avec Christophe au phare. Ce dernier, pilote chevronné, décolle très bien, ce qui me laisse confiant. Je lui emboîte donc le pas, si l’on peut dire ainsi, mais j’arrive assez bas sur la falaise, je me demande même si je ne vais pas me poser. J’ai déjà fait cette belle balade à pied, celle qui mène du bas de la falaise à Sainte-Marguerite, mais je dois dire que même si elle est assez agréable, la faire (de nouveau) avec mon parapente sur le dos et mes amis dans le ciel ne me tente guère. Je serre donc les dents et la falaise ...

Le vol est agréable, c’est l’occasion de finir de se réveiller en grillant une ou deux priorités et en saluant les oiseaux marins qui nous accompagnent. Comme la marée monte, nous partons alors à Saint Vaast.

Là bas, Christophe me fait essayer une voile Golden, et ça monte tellement que je me demande si je vais arriver à redescendre avec cette nouvelle voile. Oreilles et accélérateur sont les deux mamelles du parapentiste accroché au nuage : ça redescend.

Nous re-décollons, Sylvain et Dany partent rapidement en cross. Quant à moi je me retrouve à faire le yoyo environ 250 à 350 mètres au dessus du déco de Saint-Vaast. Sylvain m’ayant expliqué la veille que les thermiques s’aplatissent une fois haut, je décide de vérifier par la pratique cette théorie et d’enrouler à l’arrière du décollage. Effectivement, le thermique me fait dériver de quelques km vers le sud-est, en me montant d’une vingtaine de mètres de plus seulement. Puis d’un coup, plus rien dans le vario, je me sens alors bien seul... Je décide donc de suivre les conseil de l’école de parapente et d’aller sur un champ cultivé, mais la encore un tout petit bip bip de rien du tout. Je vais donc sur un hameau mais ça continue de descendre.

Je me prépare donc à l’atterrissage et je suis bien content d’être accueilli par la vaste pleine normande. C’est alors que j’aperçois la 205 de Christophe, qui était parti rechercher Sylvain. J’agite donc les jambes mais la 205 continue son chemin, je décide donc de téléphoner, chose que je ne fait d’habitude pas. Je contacte donc Christophe et Sylvain qui, bien que je les survole depuis une ou deux minutes, ne m’ont pas aperçu. Ces derniers viennent ensuite me chercher et on rigole bien de la coïncidence.

Comme quoi je suis plutôt veinard pour ce premier mini-cross.

Fabrice J.

cliquez ici pour les photos de sylvain


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 693342