Normandie Vol Libre

Carnet de voyage septembre 2020 Chorges rédigé par notre Pandawa Benoit A

mercredi 7 octobre 2020 par Alaux Benoit

Patrice et moi sommes les éclaireurs. Un long périple qui nous fait traverser la France et atterrir sur les rives du Lac de Serre-Ponçon après avoir passé le col de La Croix Haute sous la neige.
C’est la fin de saison, les touristes sont partis, les derniers bateaux sont encore arrimés aux pontons, les cimes ont blanchi…on va être bien.

Le reste de la troupe arrive en fin d’après-midi, il y a quelques habitudes pour les chambres, pour l’apéro, pour le service…on s’installe. Dominique en organisateur aguerri rappelle les règles à tous.
Il y a des jeunes, des retraités, des débutants, des autonomes et des progressions, des filles, des gars, et même des Eurencielois...il y a des moniteurs, un président et des accompagnateurs.
Tout y est ! Demain, on rentre dans le vif du sujet.
J’ai une petite musique dans la tête pour me dire que tout va bien se passer.

Dimanche 27 septembre :
Direction Chorges pour toute la troupe. On passe par l’atterro et on monte au paradis. Le groupe progression au décollage de Champ Froid (dit des Hollandais) et les autonomes vers Serre Michel.

Le départ, dos voile, jette un petit froid dans cette matinée déjà fraiche. On passe tous devant l’objectif de la caméra et l’œil affuté de Jean-Pierre G. pour voir un rabotage de biroute, un élagage de sapin et je passe sur ma tenue approximative des commandes ou les départs la tête dans le guidon pour la plupart d’entre nous…HEUREUSEMENT, Stéphane L. sauve l’honneur du groupe.
Ce n’est pas bien, ni très bien, pas même excellent…c’est EXEMPLAIRE. Un pas pour faire monter la voile, une tempo de rêve et une course régulière sur la ventrale. On vend les droits d’image à Parapente Magazine et on montrera ça dans les écoles pendant les 20 prochaines années.
Plus rien à voir pour la matinée et on prend notre premier pique-nique au stade.

En repartant au déco de champ froid pour un deuxième plouf, la brise est encore montée. Pour le plaineux que je suis, rien de bien grave…et pourtant la sagesse et les conseils de Sylvain B vont nous faire renoncer…mais c’est en repassant au stade que je comprends vraiment les choses…Une brise de pente à 15km/h en haut et une brise de vallée à 30 km/h en bas.

Comme on dit : « il vaut mieux regretter d’être en bas que regretter d’être en l’air »
Merci Sylvain B, nous avons appris quelque chose de nouveau aujourd’hui.
Après-midi à la carte, gonflage et plouf aux Orres pour les uns, St Vincent les Forts pour les autres et balade en vélo autour du lac pour moi…le vélo n’aura pas fait le voyage pour rien.
Débriefing le soir pendant l’apéro et fou rire général devant nos erreurs du jour avec une mention particulière pour les petits pas de Pascal V et le slalom maitrisé de Patrick P. pendant la session de gonflage.
Nous avons ri de bon cœur, parce que nous sommes tous passés par là et les jeunes padawans de Stéphane M. nous montrerons bientôt de quelles ailes ils s’envolent.

Lundi 28 septembre  :
Le rdv est donné pour les nageurs à 7h30 au pied du bâtiment pour un réveil tonique face au Morgon. La bande à Dany sera là tous les matins pour une balade aquatique au lever du soleil.

Il y a un peu de flottement dans le groupe sur le parking avant le départ.

Le temps est encore calme mais le vent de NO devrait s’inviter en fin de matinée.

Tout le monde repart sur Chorges pour une répétition de la veille, le vent sera un peu plus fort, cette fois.
Départ, dos voile, pour les premiers et le vent monte encore dans la matinée.
A midi, la brise de vallée devient soutenue et les jedis vont semer leurs Padawans dans les champs et les arbres alentours. La récolte sera bonne et le Lodgy organise la cueillette avant d’aller manger au stade.
Stéphanie profite de l’occasion pour nous dire que le pique-nique entre la nationale, le terrain de foot et le camping…ça suffit. Dont acte, on fera mieux la prochaine fois.

Après-midi en demi groupe :
Les Orres ou St Vincent le Forts selon les envies. Le gonflage s’est bien passé et ça volait à St Vincent les Forts où tout le monde a posé au déco.

Les Orres

Saint-Vincent-les Forts

Jean-Pierre B, Stéphane L et Benoit A se lancent dans une marche d’approche pour rejoindre le déco au-dessus de la pente école des Orres. Yves nous fait un topo sur les cônes d’atterrissage en nous déposant au village.

Ça sent la Suisse comme un bonbon Ricola et nous nous lançons dans notre première randonnée du séjour.
On applique les consignes à la lettre. On vole, on cherche un bon terrain et on pose. En arrivant au-dessus de l’Intermarché, Jean Pierre B se rend compte qu’il a oublié ses sacs de course et sa carte fidélité. Qu’à cela ne tienne il fait demi-tour pour poser au premier rond-point et attendre la ramasse de Jedi Jean Pierre G.
Tout le monde rentre heureux à la BNPA, on a bien mérité notre apéritif

Mardi 29 septembre :
Pendant le temps mort avant l’embarquement dans les minibus, c’est le moment que choisit Stéphanie pour développer sa thèse sur l’évolution de l’Homo Volatilus Parapentus avec l’adaptation du gros orteil à son activité préférée.
Tout le monde y va de son gros orteil… des fins, des plats, des poilus, des tordus, des longs, il y en a pour tous les goûts. Une mention particulière pour Michel B. qui s’est prêté à toutes sortes d’expérience pendant ce temps calme. A ce moment, je me demande dans quelle secte je suis tombé ? Mais non, Stéphanie est bien une pro du pied et on sait quoi faire maintenant pour améliorer les marches d’approche.
Le groupe embarque pour une mise en pratique en grimpant au-dessus de Chorges vers les Ballons. On va s’offrir un joli plouf depuis là-haut.

J’enroule tout ce qui passe, même les "dégueulantes". Peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse.

Mais pendant ce temps-là, Cécile P. se fait cueillir par une rafale au déco de Champ Froid et termine sa course d’envol dans le décor. Aïe ! Y a de la casse et Patrick N. organise une récup au déco en 4X4. Direction l’hôpital de Gap. C’est un rappel à l’ordre pour tous. La rotule est touchée, le dos peut-être aussi. On attendra les nouvelles par François H. Cécile, on pense à toi.
Comme en écho à l’accident, le temps se couvre. C’est le moment de changer d’air. Direction Ancelle.
On va attendre dans la pente que ça vienne, le voile nuageux passera au-dessus de nos têtes. Il nous faut un fusible. Matthieu C laisse gentiment sa place à Benoit A qui n’y croit plus et qui se dit que même un petit plouf ça vaut la peine…Il faut savoir profiter des petites choses dans la vie.
Je déclenche les hostilités et Patrick N qui est resté en bas, nous voit arriver comme le défilé aérien du 14 juillet. C’est un peu tard (spéciale dédicace à Daniel Le Garec pour celle-là), nous sommes rattrapés par l’inversion catabatique.
Mais Pascal V et Patrick P auront le temps de faire leur premier grand vol parmi nous…ça s’arrose !
A ce point du récit, tout le monde se demande ce qu’est le vent catabatique, nan ???
En version thermodynamique, c’est ça :
dΦ=∑n∂Φ∂Xn∣∣∣∣Xm6=ndXn=∑nYndXn,avecYn=∂Φ∂Xn
En version courte :
C’est la merde et ça vient te pourrir les fins de journées moroses

On ne se laisse pas abattre, retour à la BNPA pour arroser les grands vols du jour :

Il règne une certaine euphorie dans le groupe. Nous décidons à main levée de planter un piou-piou tous les km² en France et nous décidons de rebaptiser le rassemblement de St Hilaire en Coupe Ricard.

Yves D. est nommé premier ministre et Stéphanie devient ministre de la santé. Avec ça, on est tranquille.

Jean-Pierre G nouveau Président du Conseil Constitutionnel décide que la devise de la France sera ainsi modifiée :
« Liberté, Egalité, Fraternité, Temporisé »

Mercredi 30 septembre :
Cette journée est annoncée comme la plus favorable au niveau météo. Tout le monde file vers Ceillac pour une journée qui s’annonce thermique.
On rentre dans le parc du Queyras pour découvrir un petit coin de paradis.

Dominique G. en qualité d’accompagnateur insiste sur les zones de vol, les pièges aérologiques du site, les priorités et nous nous préparons pour un premier vol du matin.
Je fais le fusible et je profite de la tranquillité du spot pendant quelques minutes. Tout le monde se met en l’air et c’est parti pour la danse. Daniel L. nous regardera de tout là-haut et la faim le fera redescendre pour un pique-nique dans un cadre qui plait enfin à Stéphanie.

L’après-midi on remet ça. Nos débutants, qui ne le sont plus, volent aussi.
Le biplace décolle avec Séverine et Dominique. Il me revient une petite musique dans la tête

On rentre fatigués et heureux. Ce soir, ça va être apéro XXL, on a des choses à fêter : Patrick D. grand-père, Pascal V. et Patrick P. qui volent….

Après le café, Jean-Pierre P. s’installe aux platines pour nous faire danser et ça marche :

Il y a comme un petit air de musique qui nous entraine. Comme une envie de marcher pied nu dans l’herbe d’Hyde Park….

Jeudi 1er octobre  :
Le bain du matin nous remet les idées en place, c’est la dernière ligne droite pour le parapente. La tempête Alex s’annonce en Bretagne. Les Jedis ont choisi le dernier point d’envol.
On part pour Le Colombis.

Le matin, l’aérologie est plus calme que les travaux sur la route. On égrène notre chapelet de voile en direction de la vallée. C’est de l’huile et on descend sans soubresaut au bord de la Durance pour le pique-nique du jour. Seul un caillou vient s’accrocher à la voile de Dany. Il y aura de la couture à faire chez les Betti en rentrant en Normandie.
L’après-midi, direction les Orres : pour certains, quelques gonflages sur la pente école et pour d’autres après une marche d’approche, mise en application du « renoncement » pour cause de vent de travers et d’un ciel menaçant. Et pendant ce temps-là, un Pandawa « studieux » en la personne de Jean-Pierre B., s’évertue à répondre aux questions QCM du BP.
Dernier vol, dernier plouf, on plie la voile et il est temps de reprendre la route pour l’avant-garde. La tempête Alex s’annonce. Ça va ronfler dans les airs…et dans les minibus : la montagne ça fatigue.
Avant l’apéro, débriefing de fin de sortie avec pour certains Pandawas, la reconnaissance par les Jedis de leur progression ; BI pour Benoit A, BP pour Jean-Pierre B et Stéphane L, BPC pour Daniel L…
Avant de refermer ce carnet de voyage je tiens à féliciter et remercier tous les organisateurs pour la qualité du séjour. Pour les conseils de Jean-Pierre G, Sylvain B et Yves D, pour l’œil bienveillant de Stéphane M et pour la force tranquille de Dominique G. Pour 2021, on prend les mêmes et on recommence.

Epilogue

J’ai l’impression d’avoir passé une semaine de vacances avec une bande d’amis que je connais depuis toujours…C’était simple, c’était naturel, c’était joyeux…En un mot, c’était BON !!!

Et cette chanson qui me tourne dans la tête depuis le premier jour, je la reconnais enfin…

Vivement l’année prochaine.

Benoit Alaux


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 892672