Normandie Vol Libre

Stage SIV à Léry-Poses les 13, 14 et 15 avril pour 4 membres du club...

dimanche 19 avril 2009 par Homo Volatilus Rigidus

Le châlet d’accueil est la hauteur de notre attente (5min) mais le personnel ?...

Celui qui commande semble être le croisement d’un GI américain (à cause de son costard) et d’un grec homosexuel (à cause de son vocabulaire et peut-être de ses yeux, aux dires de ma femme).
Ce Hervé en question annonce le programme, bol à la main et "all-bran" dans la bouche. Je lui dirai bien qu’il a un peu de lait au coin des lèvres mais j’écoute avec attention les figures auxquelles nous allons devoir être confrontées. Pour être honnête, je ne comprends pas tout car le verbiage parapente n’est pas celui du delta... je suis donc moyennement serein, voire un peu stressé...

Les sellettes sont débarrassées des mousses et équipées de flotteur au cas où...
Suspendus, devant la terrasse, nous simulons un lancer de parachute...manip pour ma part que j’avais toujours négliger de faire.

Carnet à la main, l’ordre de passage est notifié par le "gars B", et me voilà en troisième position pour normalement une série de neuf treuillées, comme les autres... si la météo le permet.

Le bras droit d’Hervé que l’on appelle Sammy durant le séjour est le capitaine du raffiot. Son bermuda, ses sandalettes et sa casquette lui donne un air baba-coule. Il a en charge de sillonner le lac en tout sens pour nous monter le plus haut possible. Très poli, il a, et aura, tout au long du stage « un merci, monsieur » a nous prodiguer à chaque récupération du câble en bord de plage pour accrocher le suivant.

Il a aussi un rôle de baudet, dans le sens où, lorsque l’on a posé sur une ile ou sur une autre berge et que l’on est ramené dans le bateau, il se charge de nous porter sur son dos, du bateau à la rive, afin de ne pas mouiller nos godasses ! Cool le Sammy ? On est resté baba !

Les hostilités sont lancées...Quand Sylvain D. décolle, je pense que mon tour ne va pas tarder.
Les décos et les atterros ne me font pas peur, c’est ce qu’il y a au milieu qui me turlupine (de lapin) un peu...

Ma première treuillée m’emmène entre 600 et 700 m d’après le décor alentour et mon premier exercice, comme celui des autres est le tangage prononcé.
Pas trop habitué à faire la balançoire et ayant horreur des manèges de la foire, je réussi timidement à ralentir et accèlérer ma voile... Je tangue comme une tanche !
Après une série de « freine », « Braho » ou « braillot », je ne sais plus trop, dégueullés par ma radio, je finis par me reposer mais quand même un peu plus décontracté.

Nous passons tous les 7 à la queue-leu-leu, et le débriefing, détermine l’exercice suivant, on avance d’un pas ou on peaufine l’exercice précédent.
Parfois, il (le débriefing) permet de rappeler que l’effet Coriolis peut avoir une influence sur le comportement de son aile, un peu comme un pendule qui perd sa boule quand on coupe sa ficelle en pleine oscillation, dixit Yves...Là, je reconnais ne pas avoir tout bien saisi...les autres non plus d’ailleurs !

Il va en être ainsi durant les 3 jours, où nous passons en revue, fermeture symétrique (frontale), fermeture asymétrique, 360, auto-rotation, descente aux B, vrille à plat, décrochage...j’en passe et des moins bonnes.

Notre stage va être gratifié par la présence d’Anthony Green, spécialiste et professionnel de la voltige qui va par deux fois nous en met plein les yeux !

Hervé et son œil de faucon va, comme un proctologue qui analyse les selles de ses malades, nous conduire jusqu’à nos limites...les miennes ne me permettent pas d’aborder le décrochage, pas plus que les vrilles à plat.

Mercredi, le troisième jour, le vent de SE rentre (25-30km/h) et ça tient presque au bord du lac.
Tout est filmé et les séances de télévision confirment qu’Yves G. ne joue pas du piano debout mais vole debout, que François C. à une position comme « une vieille pute à l’abandon » (et c’est pas moi qui l’ait dit). Malheureusement, la caméra n’est pas en service au moment au Sylvain A., dit "la truffe" décolle dans un roncier...mais y a des photos !

Le stage se termine par des all-bran pour le chef et des bulles pour tout le monde après un dernier débriefing .

Stage SIV, j’avais toujours pensé qu’il s’agissait du Service d’Immuno Virologies...Je m’aperçois qu’à l’issue du stage, je ne suis pas immunisé et que je vais revenir, dès que je vais avoir acquis un peu plus de pratique...

Merci à Hervé, Sammy et mes camarades Jean-Pierre, les deux Sylvain, Yves, François et Adrien, qui m’ont bien aidé dans cette formation, indispensable à tous ceux qui pratiquent.

Y a d’autres photos


Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | icone statistiques visites | info visites 715042